mercredi 29 mai 2013

The Doors... Jim Morisson, mais aussi Robbie Krieger, Ray Manzarek et John Densmore



 Lire en Français      Read in English


The Doors


Blues et Rock façon californie

J'ai fini par mettre les Doors sur mes K7; J'ai mis le temps avant de découvrir ce groupe mystico-mythique.

Je crois que c'est dans la BO du film Apocalypse Now, et qu'avant, je n'avais pas prêté attention à ce groupe. Apocalypse now, premier fil que je vais voir en arrivant à Londres. Un vrai choc, sans doute en partie dû au fait que c’est le premier film que je « vois en VO » dans cette période d’immersion totale dans la perfide Albion. La bande son de ce grand film y est forcément également pour quelque chose, ce qui nous ramène aux Doors.

Etonnants, ces types, étudiants en cinéma, qui montent un groupe de rock avant tout pour "make money", et deviendront, au fil (et après, surtout après) une carrière de moins de 10 ans, un monument du rock « psychédélique » mais pas seulement, leur son devant également beaucoup au blues.

Bien sûr, la mort accidentelle de Jim Morisson, à Paris, dans des circonstance sinon mystérieuses, du moins fort glauques y est pour beaucoup. Après celle de Jimmy Hendrix, de Janis Joplin et de Brian Jones, (les fameux 4 J morts à 27 ans), elle fera couler beaucoup d'encre et sera parée, comme celles des autres "J" de la panoplie sulfureuse de la théorie du complot...

Morisson devait avoir une personnalité assez tourmentée, « artistique », adulée pour des raisons qui peuvent aussi le rendre prodigieusement agaçant : ego surdimensionné, complexe de supériorité, « instinct » d’autodestruction : Pour « vivre vite et mourir jeune », il n’avait pas besoin de l’aide d’un complot…

Mais avant cela, le groupe avait déjà sa petite réputation, "grâce" aux "prestations" scéniques de Jim Morrisson : revoir le film d'Oliver Stones, et, surtout "le concert de Miami" en 1969, année érotique...

Reste un groupe aux qualités musicales du coup oubliées, des compositions (le guitariste Robbie Krieger) qui collent bien aux textes de Morisson, mais que l'aura du chanteur/compositeur ont éclipsé : Non, les Doors, ce n’est pas « que » Jim Morisson. Deux d’entre eux (Ray Manzarek, membre fondateur, et Robby Krieger) tenteront d’ailleurs, (contre l’avis du batteur Densmore et de la famille Morisson) :opportunisme, besoin de cash, ou envie sincère, de faire revivre le groupe sans Morisson? Copeland, le batteur de Police, fera partie de l’un des « revivals ». Une chose est certaine, les Doors, qui doivent beaucoup à Morisson (surtout mais pas seulement par l'aura post mortem du chanteur), doivent également énormément au clavieriste Mazarek: ce son si particulier, très daté 60's, dû a l'usage d'instruments de type orgue electronique (Fender Rhodes par exemple).

On dit souvent que les Doors sont un groupe que l'on écoute, ado, puis qu'on délaisse ensuite. Je ne suis pas trop d'accord avec ça, et je continue à écouter... encore aujourd'hui, ce son et ce feeling blues envoutant... l'œuvre d'un groupe, et non pas seulement d'un chanteur...