jeudi 2 mai 2013

Angie ou Hotel California ? Rolling Stones ou Eagles?



 Lire en Français      Read in English


Sur mes k7, il y avait aussi les

 Rolling Stones. Angie.

Quand Les Rolling Stones, Jethro Tull et les Eagles sortent le même titre...

Angie, que les Eagles plagieront 3 ans plus tard volontairement ou non, pour leur Hotel California, qui pourtant est resté comme Le slow à drague du début des 80's, éclipsant presque l'original. Cela dit, l’un et l’autre semblent inspirés d’un autre titre, de Jethro Tull, We used to know,  sorti à la fin des années 60…

Les Stones y étaient pourtant allés avec l’artillerie lourde, violons, sanglots longs, guitares acoustiques, etc. Angie semble faire référence à une histoire que Mick Jagger eût avec Madame Bowie. Evidemment, Mick et Keith ont démenti: Selon Keith, la chanson est dédiée à sa fille (souvenons-nous que ce subterfuge a été utilisé par Lennon et Mc Cartney pour Lucy in the Sky with Diamonds: Merci les enfants!)…

Mais il a aussi écrit que Angie est une métaphore pour l’héroïne, drogue avec laquelle il était très accro à l’époque et dont il essayait de décrocher. Va savoir et…quelle importance?

Quoiqu’il en soit, Angie, mal considéré à sa sortie par les fans « purs » des Stones, est en gros le seul titre de l’album qui ait résisté au temps. C’est pas la meilleure époque pour les stones, un peu empêtrés dans les addictions de Keith Richards. C’est je crois le dernier album avec Mick Taylor qui a donné aux Stones quelques morceaux d’anthologie (Honky Tonk Woman, Brown Sugar, Ventilator Blues…).

Contrairement à Satisfaction, rarement joué en live, Angie l’est je crois quasi systématiquement. Au concert des Stones auquel j’ai eu la chance d’assister, ce devait être en 1993 me semble-t-il, le jeu de scène était extraordinaire, chacun des membres du groupes étant regroupés dans un ambiance intimiste au milieu de cette scène immense ou Mick Jagger courrait et sautait 5 minutes avant, pour une version paisible et géniale, façon feu de camp, à l’acoustique, contrastant de façon éclatante avec les déluges de pyrotechnie, de lumières, de watts et de chorégraphies du reste du show.

Alors, oui, Angie dénote un peu dans un répertoire stonien réputé blues, rock, teigneux. Mais j’écoutais ces jours-ci quelques « vieux » titres, (Ruby Tuesday, Lady Jane, As Tears Go By (ce dernier écrit, il est vrai, pour Mariane Faithfull, mais bien écrit par les Glimer Twins, Mick et Keith…) : Angie n’est, ni, plus, ni moins « guimauve », et mérite selon moi, qu’on le ré-écoute et qu’on l’apprécie. Pour en finir avec la querelle vis-à-vis d’Hotel California, qu’Angie en ait inspiré les créateurs, ou pas, peu importe : c’est également un titre très, très recommandable. A ré-écouter, donc, également.