dimanche 7 avril 2013

Rover jeune talent à la Rickenbacker



 Lire en Français      Read in English


Une voix, un style, une Rickenbacker...

 Rover.

Une fois n’est pas coutume, et tant pis pour ma réputation de has-been qui n’écoute que de la musique de vieux, empreinte de Rolling Stones pour les trucs les plus branchés, et de Bo Diddley , Gene Vincent, et autres Chuck Berry. Je ne sais plus qui disait ( je crois que c'était Jérôme Savary): mieux vaut être has been qu'has never been...

Après avoir évoqué Lilly Wood And The Prick, aujourd’hui c’est à Rover que je vais consacrer ce billet.

Non pas par flagornerie envers le label indé que j'aime bien (cinq7), commun aux deux artistes. Les Old Stones sont excellents, mais n'en sont pas encore à draguer les labels.... Non, ce qui me fait chroniquer Rover aujourd'hui est un réel intérêt pour le côté décalé de ce garçon, qui me semble prendre le risque d’aller sur des pistes peu communes, qui ne sont pas dans le courant actuel de ce qui « va plaire à coup sûr » (genre revival yéyé, garage-punk entendu 1000 fois, etc etc).

...Ni à contre-courant non plus d’ailleurs, il semble juste aller dans une direction différente, un peu lunaire (facile, l’allusion au MoonRover).

J’ai découvert l’autre jour en zappant la soirée des victoires de la musique, je boude en général ces con-gratulations d’une con-grégation par elle-même, affichage emmerdant d’un narcissisme exaspérant.

Bref, ce gars arrive sur scène tout seul, avec sa belle guitare Rickenbacker et chante de sa voix si étrange. Marrant, d’ailleurs ce choix de la Rickenbacker, guitare ovni au son inimitable, et de cette voix inattendue… L'un et l'autre vont super bien ensemble, je suis certain que ce choix est délibéré, et franchement c'est un choix excellent, au delà du look que ce bel objet confère à Rover.


Une reprise de Depeche Mode, « Enjoy the Silence », vaut à mon goût le détour également. Un temps parait-il inspiré par le punk-rock, Timothée Regnier, puisque c'est son nom, semble avoir - à raison - basculé vers un "cold wave", assez proche d'un Bowie, plus agréable.


Bref, un artiste étonnant, différent, qu’il faut suivre, on s'impatiente de savoir ce qu'il va sortir, ensuite….