samedi 7 novembre 2015

1979

La bande son des années Lycée

1979 dans le rock

Une année entre Punk et Disco


Un cher Ami et fidèle lecteur, qui est aussi camarade d'évasion musicale (c'est bon, pour le cirage, Patrick? Tu ne rougis pas trop?) me taquinait récemment sur l'année 1979. Je pourrais selon lui considérer les titres de ces année-là comme trop récents.. Et donc nuls.


Tu oublies que 1979 est l'année de mes 16 ans, mes années Lycée, les années Feed Back de Bernard Lenoir qui nous a tout (ou presque) appris!

Mis au défi, je vais me livrer ici à un inventaire nécessairement incomplet de l'année 1979. Nous allons nous balader parmi (comme écrivait Frédéric Dard, que je lisais beaucoup à cette époque-là).

Un autre camarade, dont je suis le lecteur, me dit se documenter sur le son des early 80's pour un prochain ouvrage; Marc, puisses-tu trouver ici quelques souvenirs de cette année 1979 où nous avons partagé les bancs d'un Lycée de Versailles.


Ce sera sans doute amusant de comparer l'avis qu'on s'en faisait, à l'époque, et le regard qu'on y porte aujourd'hui. Chacun pourra commenter en bas de page.

1979 est une année charnière: coincée entre le Punk qui devait tout remettre à plat et crachait sur le Rock'n Roll, et la New Wave qui le réinterpréterait en usant des mêmes codes.

1979 est aussi une grosse année pour la disco, que le Rock peinait à étouffer (voir déjà "Goodbye Sister Disco" des Who en 1978..d'autres titres ci après partagent la même rage). 

L'opposition rock disco tourne parfois au cirque, comme en juillet à Chicago (j'avais posté sur Facebook des images de la DDN, Disco Demolition Night, où chacun devait apporter ses vynils de Disco pour les faire littéralement sauter lors d'un spectacle dans un stade!

Mais c'est une année ou je pensais trouver Queen, les Wings (que je n'aimais vraiment pas), et où je ne pensais pas trouver déjà les chers Blues Brothers

C'est aussi l'année de Grease et de Starmania, je juge que leur place n'est pas ici.

On va le voir, le Rock s'efforce de résister, avec parfois une véhémence dans le propos et le titre, au disco, omniprésent.

On y va, façon éphéméride (quoi mes rides, qu'est-ce qu'elles ont mes rides): J'avoue avoir eu besoin de l'aide de Wikipedia et autres sources web, pour dater mes souvenirs et les cadrer dans les limites de 1979.

Que ces sources soient ici remerciées, m'évitant d'introduire dans la liste un 'Bicycle Race' de Queen, et d'oublier les Blues Brothers que ma mémoire faisaient naître autour de 1980, 81, par exemple: Il fallait pour l'exercice rester en 1979.

https://en.wikipedia.org/wiki/1979_in_music
http://www.playlistresearch.com/1970s/1979rockhits.htm
http://www.rockmusictimeline.com/1979.html

Janvier:
Ça commence "mal" pour le Rock, avec Village People YMCA
Mais ça commence bien avec Dire Straits "Sultans of Swing"
Entre les deux, Blondie "Heart of Glass", dont j'ai déjà parlé sur ce blog.
Elvis Costello (armed forces) Accident will Happen, un rock énergique et teinté de beat new wave.

Février:
Rod Stewarts, qui était mieux inspiré lors qu'il était leader des Faces, succombe à la mode disco et sort 'D'ya think I'm sexy' , qu'on entendra jusqu'à plus soif.
Les Bee Gess sortent "Tragedy" Février est donc dramatiquement disco
The Blues Brothers relèvent le niveau - Soul Man

Mars:
Supertramp sort Breakfast in America
Bob Seger vent debut contre le disco: Old Time Rock'n roll
Gainsbourg sort l'album reggae "aux armes et caetera", en s'entourant des musiciens de Bob Marley

Avril:
Amii Stewart Knock on wood, en plein disco, une pépite?
Telephone, Crache ton venin. Le début de la fin

Mai:
The Undertones Teenage Kids
ELO Discovery (very disco, faut l'avouer)
Kiss I was made for loving you: t'en veux du kitch?
Earth Wind and Fire Boogie Wonderland
Trust sort son premier album et affiche sa filiation avec AC/DC (reprise de Ride On)

Juin:
Joy Division Unknown pleasures
The Cure Three imaginary boys (et Boys don't cry !!)
The Cars Let's go, le 12 juin. On a complètement oublié The Cars Quelle erreur!! c'était en plein à la charnière rock/new wave. Candy-O, quelle pochette, Blondie n'a qu'à aller se .. Rhabiller… (souvenez vous Just What I needed en 1978..)
Pat Benatar ou la vache, ça me rappelle un truc très très très précis!! (Heartbreaker, I need a lover)
Robert Palmer - Bad Case of Loving You. Il sera ensuite plus "New Wave".

Juillet:
AC DC Highway to hell: le groupe devient populaire, lâche un peu le Blues rock pour aller vers un rock FM plus consensuel, mais ici avec maestria!
B52'S rock lobsters
Boomtown Rats I don't like mondays, moi j'aimais les Boomtown Rats.
(Sortie du Walkman de Sony)
12 juillet : à Chicago, la Disco Demolition Night manque de dégénérer en émeute.

Aout:
Pop Musik (M, mais pas celui que vous croyez)
The Knack My Sharona
Foreigners - Dirty White Boy, rock pur et dur qui parle d'Elvis Presley..
Neil Young Hey Hey My MY (Rock'n Roll can never die), comme quoi ça inquiète tout le monde!
Septembre:
Sugarhill Gang Rapper's Delight premier tube hip hop?
Led Zeppelin In Though th Out Door, les héros sont fatigués?
Gary Numan The Pleasure principal: La new wave sort de son cocon, façon electro-pop. Du Krafkwerk léger, en quelques sortes.
Sniff'n the tears - Drivers Seat
Buggles Video killed the Radio Stars

Octobre:
Rickenbacker en bandoulière: Tom Petty and the Hartbreakers sort Refugee: encore un oublié!
Fleetwood Mac Tusk
Blondie Eat to the beat (Atomic)
The Police second album Regatta de Blanc (Roxane, Walking on the Moon, message in a bottle)
Prince I wanna be your Lover
Status Quo Whatever you want, bon gros rock puissant, là encore oubliés aujourd'hui

Novembre:
The Wall Pink Floyd
Madness One Step Beyond
The Specials Gangster

Décembre:
The Clash London Calling, à tort considéré comme album Punk: c'est du rock mes amis. Du bon.
Jacques Higelin Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres... , enregistré en partie à Herouville (95).

Voilà, la promenade est finie, j'espère n'avoir rien oublié!