dimanche 7 septembre 2014

XTC Making plans for Nigel, 1979

Un riff de batterie rageur comme un rotor d’hélicoptère, secondé par une basse entêtante, et une guitare qui martèle les 3 mêmes notes « à la folie ». Voilà, il n’y a rien d’autre à dire. 

Et pourtant la magie (pas Thatcher..) s’installe, et cette enfant du Punk, auquel il emprunte son rythme, sa simplicité et ses guitares saturées, mais dont il s’affranchit par des thèmes bourrés de dérision et une folie « littérale », fonctionne, un peu dans la trajectoire de DEVO, en moins déjanté. XTC reviendra ensuite à un propos plus radical, plus critique envers la société, mais c’est une autre histoire.

Ce morceau est ce ceux – nombreux, il est vrai – qui nourriront mon désir de Londres. Est-ce que je l’avais écouté, ce matin d’automne 1981, avant que notre prof d’anglais, parfait mélange de flegme britannique et de bon ton versaillais, ne nous demande à tour de rôle ce que nous voulions choisir comme orientation après le Fucking BAC ?

Toujours est-il que je lui répondais, sans y avoir réfléchi avant en ces termes : « je voudrais aller étudier à Londres ».

Etudier… j’ai peut-être dit étudier. Mais le truc c’était d’aller y vivre. J’étais trop sage à l’époque et pas assez piqué de musique pour faire comme un camarade de classe, qui, plus radical, est parti, je le saurai plus tard, la Rickenbacker 360 MG (car il en avait une, magnifique) sous le bras, faire le musicien de studio. Ce prof d'anglais permit d’une phrase au rêve d'exister : « faites comme cet élève que j’avais l’an dernier et qui a passé ce concours…. ». Merci, Madame, où que vous soyez. Car Vous m'avez dicté la voie, en m'indiquant cette formation Européenne, de l'époque ou l'Europe était une idée, formation qu'un élève "ainé" avait trouvé, et suivie, un an avant... Et Merci Mon Franck, camarade de club théâtre d’alors, aujourd'hui lecteur assidu de ces pages, et prédécesseur dans cette école européenne qui nous a tant appris, surtout après les cours! (Car cet élève ainé, dont parlait cette prof, c'est évidement toi!!).

« We’re only making plans for Nigel, we only want what’s best for him. » C’est ça. The best for him.