samedi 3 janvier 2015

Echo Beach Martha and The Muffins 1979


Sur mes K7, il y avait...





car après tout c'est ça, à l'origine, le principe de ce blog


retour au sources donc en ce début d'année!!


en 1979, 1980 peut-être... l'un des premiers tubes new wave dont je me souvienne. Encore un "One hit wonder", ce groupe ne "sortira" plus rien de"relevant", du moins rien qui ne sorte de son Canada natal.

Il me semble que c'est le premier morceau que j'ai écouté sur un walkman (c'était donc plutôt en 1980...), qui m'avait été prété par une copine pendant une heure de perm'.

Le son de ce truc! J'étais scié.. Cette remarque n'a plus beaucoup de résonance aujourd'hui, alors que le moindre »téléphone » regorge de morceaux « mp3 » et que la stéréo dans les écouteurs est une évidence pour chacun de nous…

Songez qu'à cette époque là (comme chantait Jean Yanne, type formidable quoiqu'anti rock'n roll), en fait d'écouteurs, nous chaussions nos oreiiles de petits « casques », dont les oreillettes étaient recouvertes de mousses colorées;

J'écris « nous chaussions », mais seuls quelques privilégiés, dont je n'étais pas, pouvaient alors s'offrir un Walkman, qui, comme tous les équipements « high tech », coûtait terriblement cher.

Les années 2000 secouront tout ça, le high tech deviendra abordable, et c'est le pain qui deviendra un luxe...

Sur cette k7 il y avait aussi Quadrophenia, des Who, mais c'est une autre histoire, déjà racontée ici…

Martha And The Muffins, qui avait pris un nom à résonance 60's, ne tombait pas pour autant dans le plagiat rétro. Le son, le rythme du morceau « phare » du groupe est très marqué new wave, et c'est pour ça qu'on l'aime, alternance des couplets « calmes » et refrain rapide, et des « fills » de batterie rageurs.


Tout ça se prêtait admirablement aux pogos dans la cours du lycée, après les cours, à 2 ou 3, chacun un walkman sur la tête.


Les Années 80 pouvaient commencer.

Ce morceau a été ressorti d'un injuste oubli dans une version pas désagréable, en 2008 (Gabriela Cilmi) mais peut-être trop peu inventive et trop fidèle à l'original (auquel il n'y à rien à changer...) : L'hommage aurait été encore plus fort avec une ré-interprétation, plutôt qu'une reprise « pure et simple » .

C'est gai, enlevé, ensoleillé… c'est bien pour un début janvier. Bonne année 2015 à tous.